Valentin Gautier (903 – Shaman / Banque du Léman), 8e Série de la 2e étape

« Heureusement, mes problèmes d’électroniques sont arrivés après le gros temps. Du coup, je ne m’en sors pas trop mal niveau fatigue.

C’est vrai que le TP32 (petit pilote de spare) fait le job en mode convoyage mais en mode performance, c’est autre chose. Au moins ça m’a permis de ramener le bateau pas trop au fond du bac. Ma crainte, c’était qu’il crame mais apparemment c’était des conditions qu’il supportait. A l’arrivée, c’est sûr que je suis un peu frustré. Cette Les Sables – Les Açores – Les Sables était ma dernière course en Mini et je partais avec un objectif de podium. Bon bah j’ai pas pu, j’ai pas pu… Quand il y a de la casse, c’est compliqué. La voile est un sport mécanique et c’est comme ça. Ca me frustre parce que je pense que je suis l’un de ceux qui passent le plus de temps à pignoler leur bateau et là, sur deux courses, je me prends deux incidents mécaniques. Je trouve ça un peu raide mais au final, la course au large, c’est bien fait parce que même après être passé par des phases où s’est dit qu’on arrêtait le bateau, on oublie tout avec un bord comme celui de ce matin, sous gennaker, sur mer plate, avec les dauphins… On arrive avec le sourire et on ne peut même pas cracher notre fiel en posant le pied à terre ! (rires) »

Please follow and like us: