Ronan Gabriel (552 – Voi’large), 14e Série de la 2e étape

« J’ai trouvé cette étape plus dure que la première. Clairement, les quatre premiers jours, c’était de la survie. Je n’arrivais pas à mettre le pilote, j’étais à la barre tout le temps, j’avais des problèmes d’énergie… Chaque jour je pétais des trucs… vraiment, c’était dur.

Je savais que tous les autres passaient devant et qu’il fallait envoyer mais ce n’était pas agréable. Je ne mangeais pas, je ne me changeais pas… évidemment, en arrivant dans le golfe, quand ça s’est calmé et que les dauphins ont fait leur apparition, c’était génial mais après le front, ce n’était pas évident. A l’arrivée, je suis content. Content de la trace que j’ai faite. J’ai navigué tout seul tout le temps mais je m’y attendais avant le départ. J’étais là où je voulais. Je voyais que je n’étais pas largué. Je recevais la BLU alors je savais que j’étais dans le coup. C’était rassurant, surtout dans le moment où je suis resté 36 heures tanqué dans la molle dans le golfe. Heureusement, j’ai eu des conditions super pour finir. » 

Please follow and like us: