Pierre Le Roy (925 – Arthur Loyd), 5e Série à Horta 

« Je suis hyper content parce que je termine 5e mais aussi parce que c’était dur. Au début, j’étais bien mais après j’ai eu des gros problèmes de vitesse. Je n’arrivais pas à repasser devant les autres mais sur la fin, comme souvent parce que je ne lâche rien, j’ai réussi à repasser devant pas mal de concurrents. Ça va peut-être devenir ma marque de fabrique car à chaque fois, sur la fin, je gagne des places grâce à mon mental mais aussi parce que le bateau est bien. Je n’ai rien pété, seulement ma fourchette. Ceux qui ont cassé du matos vont être un peu handicapés car ils vont être dans le jus avant le départ de la deuxième étape alors que moi, je vais pouvoir me préparer tranquillement. Je suis chaud pour le match retour ! »

Vincent Busnel (621 – Quéguiner – Leucémie Espoir), 9e Proto à Horta

« Je ne suis pas content. Dès le début, ça a été compliqué. Tu pars en qualif, tu as une BLU qui marche et tu pars en course, elle te claque dans les mains au bout de deux jours. Ce n’est vraiment pas très rigolo de ne pas savoir ce qui t’arrive sur la gueule. Je n’avais pas envie de casser le bateau alors j’ai pris l’ « escape » vers le sud mais ce n’est pas ce qu’il fallait faire. J’ai le sentiment d’avoir tout fait à l’envers. Juste après le DST du cap Finisterre, c’est la dernière fois où j’ai eu Axel (Tréhin) et Erwan Le Méné (Rousseau Clôtures) à la VHF. Ensuite, j’ai tout le temps été tout seul jusqu’à ce que je récupère un petit groupe de Pogo 3. Au début, comme je suis un peu taiseux, je ne parlais par trop avec eux mais petit à petit je me suis ouvert et maintenant j’ai hâte qu’ils arrivent pour leur payer des bières. On a prévu de se faire une bonne soirée tous ensemble ici à Horta. »