Le point météo du 17 août

Dépression 1007hpa dans le sud immédiat de l’Irlande se prolongeant par un front actif dans son sud. Dépression 1012hpa sur le centre de la France. Effet de dorsale sur le golfe de Gascogne.

La flotte va être affectée aujourd’hui par ce front froid attendu à minuit sur Les Sables d’Olonne. Les zones en bleu sur l’image soulignent les zones actives (grains avec rafales)

image

Pour Rochebonne ouest (sud de la flotte) : vent W 13nds, virant NW 20nds cette nuit, puis SSW 3nds jeudi.

Pour Yeu ouest : (milieu et nord de flotte) : vent WSW 9nds, virant NW 23nds cette nuit, puis SW 7nds jeudi.

Pour Yeu est (Les Sables d’Olonne) : vent W 10nds virant NW 20nds cette nuit, puis WNW 13nds jeudi avant de mollir et de revenir S.

Vol 914 pour Les Sables

Décidément, cette étape retour sera sujette à tous les rebondissements. Au terme de l’avant-dernière nuit, les hommes du nord ont perdu de leur superbe. Bénéficiant d’un meilleur angle par rapport au vent, Tanguy Bouroullec (Kerhis CERFrance) a fondu sur ses proies en revenant aux avant-postes accompagné d’Aurélien Poisson (Alternative Sailing). Mais ce qui occupe les ondes au sein de la flotte, c’est l’attitude à avoir au sujet d’un passager clandestin.

 

Il fallait que ça tombe sur Henri Leménicier (LPO – Agir pour la Biodiversité). Le skipper qui porte depuis plusieurs années la cause de la Ligue pour la Protection des Oiseaux a vu un volatile s’immiscer dans la cabine de son voilier. D’où un débat enflammé à la VHF sur les modes de cohabitation à adopter : comment nourrir la bête, lui apprendre à faire ses besoins ailleurs que sur la table à carte… Conseils d’alimentation, suggestions farfelues (mettre des couches à la bête) abondent tandis qu’Henri Leménicier se débat avec son passager clandestin.

Henri Leménicier : vol 914 pour les Sables
Henri Leménicier et son locataire

Côté course, la bonne affaire revient aux hommes du sud. Tanguy Bouroullec endosse de nouveau le costume du patron en revenant à deux milles de Jonas Gerkens (Volvo). Le jeune skipper bigouden est en position idéale pour remporter l’épreuve. Aurélien Poisson (Alternative Sailing), revenu en cinquième position, est bien placé pour monter sur le podium.

A l’avant de la flotte des bateaux de série, persiste toujours un drôle d’oiseau en la personne d’Ambrogio Beccaria (Alla Grande Ambeco). Le jeune navigateur italien continue d’épater son monde en se maintenant contre vents et marées en tête de groupe.

En prototypes, il ne reste plus que 145 milles à parcourir pour le sacre de Ian Lipinski (Griffon.fr). Il devrait arriver dans la nuit aux Sables d’Olonne. Alberto Bona (Promostudi La Spezia) pourrait se présenter quelques heures plus tard. Commencera ensuite l’attente du verdict en série. Une chose est sure : il y aura du jeu jusqu’à la fin.