Marie Robert (587 – Pepen) 

 « Au final, j’ai eu un peu l’impression que ça avait été comme la première étape mais à deux grosses différences près quand même, c’est que c’était au portant et que j’avais un pilote.

Au début, j’étais avec la flotte mais assez rapidement, je l’ai perdue parce que j’ai voulu être à mon rythme. Après, on s’est tapé un front et moi je pensais que ça allait durer 4 ou 6 heures mais en fait, ça a duré deux jours avec du vent, du vent, du vent, mais de la mer surtout. Ensuite, je croyais qu’on était à peu près tiré d’affaire mais la nuit dernière, c’est reparti et ça a soufflé de nouveau assez fort. Ça a donc été assez fatigant mais on a eu des belles sessions de vitesse. J’avoue que d’avoir un bateau qui marche, ça rend le truc beaucoup plus facile. J’ai pu dormir, manger… Je suis contente de ma course même si l’aller s’est un peu fait dans la souffrance. Non, vraiment, c’était chouette ! »

Please follow and like us: