Les nordistes ont l’avantage mais les sudistes n’ont pas dit leur dernier mot

Comme attendu, ces dernières 24 heures, les nordistes ont pris le commandement de la flotte de cette 9e édition de la Les Sables – Les Açores – Les Sables. Chez les Proto, Jacques Delcroix (753 – Actual) et Uros Krasevac (Ashika II) comptent aujourd’hui plus de 50 milles d’avance sur leurs concurrents tandis que chez les Série Arthur Petrucci (973 – H2C), Bruno Lemunier (893 – Kalisto) et Hugo Mahieu (1002 – Emb-I-Pack) mènent la danse avec un bonus de 8 milles sur le reste du peloton.

Ce mardi, ils restent clairement les plus rapides de la flotte, propulsés par un flux de secteur sud-ouest soufflant entre 10 et 12 nœuds, et tous ou presque ont maintenant incurvé leurs trajectoires vers l’est ou le sud. Et pour cause, la plupart évoluent à la latitude de la Bretagne quand les plus extrême sont même montés à celle des Cornouailles Anglaises. Ils doivent donc, à présent, redescendre en direction de la Vendée. Petite difficulté cependant : ils ne vont avoir d’autres choix, entre aujourd’hui et demain, que de recroiser dans la dorsale anticyclonique. En principe, cette « traversée » devrait se faire sans trop de difficultés, mais en principe seulement. Ils vont, en effet, forcément ralentir nettement le rythme à un moment. Pour quelle durée et dans quelle mesure ? Telles sont les questions. S’ils parviennent à ne pas trop s’arrêter – tel est le risque -, il y a fort à parier qu’ils ressortent très bien placés pour la suite. Reste que dans le contexte actuel, les sudistes n’ont assurément pas dit leur dernier mot, bien au contraire. En tous les cas, pour les plus extrêmes d’entres eux, c’est-à-dire Arnaud Rambaud (850 – Permis de Construire – ACIEO), Nicolas Coudrais (900 – Lalou Multi) et Anne-Gaël Gourdin (679 – Roll my Chicken) chez les Proto puis Damien Fleury (974 – Utopik), Léo Bothorel (987 – Les Optiministes – Secours Populaire 17), Benoît Le Guennec (892 – Kalon), Julien Simon -963 – Dynamips), Luca Rosetti (998 – Race=Care), Alexis Rochet 962 – Saint Virgile) ou encore l’Américain Peter Jr Gibbons – Neff (837 – Terminal Leave) chez les Série. Pour eux, la route vers Les Sables d’Olonne est laborieuse, au près, et elle va même être franchement copieuse demain, avec 25-30 nœuds de vent annoncés sur une mer chaotique, mais elle pourrait s’avérer payante. Bien plus, en tous les cas que celle des « centristes » dont font partie Pierre Le Roy (1019 – TeamWork) et Jean Marre (991 – Sport dans ma Ville – Time for the Planet), les vainqueurs de la première étape dans leurs catégories respectives. Pour eux, la situation est actuellement compliquée. D’une part, parce qu’ils bénéficient de moins de pression que tous les autres et, d’autre part, parce qu’ils ont le vent dans le nez et doivent, en prime, tirer des bords. Bien sûr, rien n’est encore joué à ce stade, d’autant que la météo s’annonce assez incertaine sur une des zones de la course pour les journées de jeudi puis de vendredi, la faute à une petite dépression qui se balade le long de l’Espagne. A la clé, des phases de molles. A date, les premières arrivées ne sont pas prévues avant dimanche à Port Olona.

Laisser un commentaire