Julien Hatin (660 – Mademoiselle Iodée), 26e Série à Horta

« C’était dur. C’était très très dur. On a eu un peu tous les types de conditions, avec du très fort et du très faible ce qui fait qu’on n’a pas pu beaucoup se reposer. En même temps, on a eu des moments magnifiques avec par exemple, une nuit, il y a deux jours, sous la voie lactée avec le plancton phosphorescent derrière. Heureusement parce que s’il n’y avait pas eu ça, je pense que je n’aurais jamais fini. A la fin, je me suis fait une petite frayeur en arrivant à la pointe juste avant le port. Il y a eu un petit effet de site et comme j’ai déchiré mon médium pendant la course, j’ai voulu rester sous spi max mais je n’ai pas réussi à l’affaler. J’ai été tout droit dans la falaise mais heureusement il a réussi à tomber juste avant. Ça fait plaisir qu’on ait pu récupérer la voile parce que sinon je n’aurais plus eu de spi pour l’étape retour. Sinon, j’ai pu dormir à peu près bien et je suis bien reposé. Sur le bateau, il y a un peu de bricole à faire avant de partir mais ça va se caler. Je suis content d’arriver car c’était vraiment très long. Il y en a qui y sont encore et je les plains. »

Please follow and like us: