Est, nord ou centre ?

Partie hier en fin de journée de Horta, la flotte de la 9e édition de la Les Sables – Les Açores – Les Sables évolue aujourd’hui au nord de l’archipel portugais même si, comme prévu, s’extraire des îles n’a pas été une tâche si facile. En cause : de petits airs, des zones de dévents, mais aussi et surtout des grains. « Avec les passages pluvieux, le vent a été très irrégulier », confirme Christian Dumard, le consultant météo de l’épreuve. Dans ce contexte, certains s’en sont évidemment mieux sortis que d’autres et de premiers écarts se sont créés. Déjà plus de 16 milles séparent les leaders des retardataires, ce vendredi à la mi-journée. Pour l’heure, l’avantage au pointage est logiquement donné à ceux positionnés au plus près de la route directe, en l’occurrence Arnaud Rambaud (850 – Permis de construire – ACIEO) et Julie Simon (963 – Dynamips). Difficile, à ce stade de la course, de savoir ce que ces deux-là et ceux qui leur emboîtent le pas, à l’image de Luca Rosetti (998 – Race = Care) et Willy Muller (1029 – Tars), ont vraiment en tête en termes de choix de route. Ce qui est évident, en revanche, c’est que la grande majorité du peloton semble vouloir partir vers le nord, bien décidée à aller chercher du vent portant plutôt que de subir dix jours de près. « Les solitaires commencent doucement à rentrer dans le vent d’est. Ce dernier demeure assez irrégulier mais il est prévu de forcir dans la journée », a ajouté le spécialiste. De fait, dans la soirée, les Ministes devraient passer à la vitesse supérieure, avec entre 15 et 18 nœuds de vent. Un vent qui va en principe s’établir au sud-est dans la journée de dimanche, au nord de l’anticyclone qu’ils cherchent justement à contourner, et qui va les obliger à monter au moins jusqu’à la latitude de la Bretagne. L’enjeu pour les uns et les autres à compter de demain : doser au mieux sa trajectoire en fonction de la vitesse de son bateau mais aussi en fonction de l’évolution de la situation et notamment de celle de la fameuse dorsale qui leur barre la route. « Centré ou très nord, il faudra choisir, sachant que ce ne sera pas facile car dans cinq-six jours, le schéma météo sera complètement différent de ce qui était annoncé avant leur départ de Horta. Les plus expérimentés vont comprendre ce qu’il se passe et s’adapter, d’autres risquent de se retrouver un peu perdus », analyse Christian. Être attentif à l’énoncé des bulletins diffusés chaque jour via la BLU par la Direction de course sera donc essentiel pour les marins qui vont devoir essayer de trouver le meilleur compromis pour rallier Les Sables d’Olonne. Ce qui est certain, c’est que le jeu ne fait que commencer. En ce sens, ce qu’il convient de noter à ce stade, c’est que les leaders aux classements généraux provisoires ne sont pas forcément à la fête. Chez les Proto, Pierre Le Roy (1019 – TeamWork) et Jacques Delcroix (753 – Actual) occupent actuellement les 5e et 6e places à plus de 7 milles du leader. Chez les Série, Jean Marre (991 – Sport dans ma Ville – Time for the Plantet) est, lui, pointé en 8e position à 5,7 milles du meneur du jeu.

Laisser un commentaire