Emmanuel Renaud (753 – Wild Side), 12e Proto de la 2e étape

« Je m’attendais à avoir du temps un peu plus maniable mais on a toujours eu soit de la pétole, soit du vent fort. Moi, je suis plus à l’aise dans du vent médium alors… (rires) En tous les cas, le départ était vraiment super parce qu’on a bien régaté dans l’archipel des Açores.

A ce moment de la course, j’avais à peu près accroché le paquet des Proto et j’étais avec les leaders en Série mais ensuite, j’ai fait des fausses manips sur mon bateau. J’ai notamment emmêlé mon spi dans l’étai. Impossible à défaire. En plus, il y avait 20 nœuds alors j’ai passé deux-trois jours comme ça. Lorsque c’est tombé, j’ai sorti mon matos d’escalade pour grimper dans le mât tout défaire parce que sans voile d’avant, c’était quand même compliqué d’arriver. Je m’en suis sorti mais après il y a eu une grosse séance de pétole avant que ça revienne hier ou avant-hier. Au final, j’ai un peu l’impression d’avoir fait un voyage dans l’espace. La SAS est une course très dure. Je finis avec la satisfaction d’avoir réussi le challenge. J’avais choisi de partir en Proto est en fait, c’était beaucoup plus compliqué que ce que je croyais. Cette année, je n’ai fait que préparer cette course alors je suis vraiment content d’être arrivé aujourd’hui. »

Please follow and like us: