Chez les Proto, le jeu reste ouvert, chez les Série, les sudistes prennent l’avantage

La fin de la deuxième manche de cette 9e édition de la Les Sables – Les Açores – Les Sables est décidément pleine de suspense ! Malgré les 450 milles qui séparent les concurrents les plus extrêmes au sud et au nord, le jeu reste encore très ouvert en ce septième jour de course. Au pointage, ce jeudi, Pierre Le Roy (1019 – TeamWork), le vainqueur de la première étape avec plus de 20 heures d’avance sur son dauphin, a repris les commandes de la flotte mais, 190 milles dans son nord, Jacques Delcroix (753 – Actual) demeure, pour l’heure, plus rapide en VMG. Alors à qui la victoire d’étape ce week-end ?

En réalité, pas si simple de se prononcer. De fait, même si l’on connait l’aisance en vitesse du météorologue lillois et sa capacité à jouer les bons coups, l’ingénieur du Team Actual d’Yves Le Blévec est, lui aussi, plein de talent, ainsi qu’il l’a déjà prouvé cette saison en remportant la Pornichet Select avec son « pointu ». L’un et l’autre ne lâcheront rien, c’est certain, d’autant qu’une sérieuse menace nommée Arnaud Rambaud (850 – Permis de Construire – ACIEO) pointe son nez au sud. Tout comme l’ensemble de leurs concurrents, il leur faudra donc exploiter au mieux les conditions auxquelles ils vont être confrontés d’ici à l’arrivée et la tâche s’annonce relativement complexe, ainsi que l’explique Christian Dumard, le consultant météo de l’épreuve : « Ceux qui, au nord, ont passé l’axe de l’anticyclone, vont bénéficier de 24 heures avec de bonnes conditions et vont accélérer petit à petit au fil de la journée. Dans le même temps, ceux qui se trouvent au sud, vont devoir tirer des bords, ce qui n’est pas idéal. La tendance va toutefois s’inverser à partir de demain soir. Pour les premiers, la situation sera moins claire avec notamment une zone de molles à traverser au large de la pointe Bretagne. Les seconds seront, eux, les premiers à récupérer du vent portant et termineront la course avec des conditions bien plus favorables ». Ce qu’il faut comprendre, c’est donc qu’à court terme, l’avantage va être aux uns mais qu’à moyen terme, il va changer de camp. Nuance cependant : la donne n’est clairement pas la même pour les Proto et pour les Série. Dans cette dernière catégorie, le match est à présent nettement en faveur des sudistes. La petite bande composée de Luca Rosetti (998 – Race=Care), Damien Fleury (947 – Utupik), Léo Bothorel (987 – Les Optiministes – Secours Populaire 17) mais aussi Benoît Le Guennec (892 – Kalon) et Julie Simon (963 – Dynamips) qui pourrait faire un gros coup au classement général, semblent les mieux positionnés aujourd’hui, en particulier par rapport aux nordistes qui sont, pour la majorité, montés trop haut en latitude et qui ne parviennent plus à redescendre. « Les plus extrêmes sont positionnés par 51°24 Nord, ce qui est plus nord que la latitude du Fastnet (51°20 Nord). Ils sont actuellement hors zone pour la météo diffusée chaque jour par BLU alors même que nous avons élargi le champ compte-tenu du scénario de l’étape », explique Denis Hugues, le Directeur de course dont les routages voient les premières arrivées aux Sables d’Olonne entre 3 heures et 10 heures, ce dimanche 14 août.

Laisser un commentaire