Céline Salles (514 – L’Air de Rien)

« La première nuit, je n’ai vraiment pas été bien. Du coup, j’ai laissé un peu filer. Je n’ai pas mis de spi, rien. Je suis restée pliée en deux dans mon bateau. Le lendemain, comme ça allait mieux, j’ai pu repartir et comme il n’y avait pas trop de vent, j’ai pu bien récupérer.

ARRIVEE ETAPE 2 SERIE

Le troisième jour, de l’air est rentré. J’ai envoyé le spi, ça se passait super bien, le bateau allait vite et sortait des super pointes. Je découvrais le potentiel de mon Mini mais en plein vol, le tangon a lâché. Du coup, alors que tout le monde a continué de marcher à 12 nœuds, moi je suis restée à 8. C’était un peu frustrant. J’ai un ressenti la même chose qui si j’avais nagé avec des palmes et que d’un coup, je les avais enlevées ! (Rires) Je ne voulais pas aller réparer tout de suite parce que la mer était croisée et que c’était un coup à se blesser. Je n’ai donc réparé que deux jours après lorsque ça s’est calmé. J’ai réussi à remboîter le tangon mais de 0,5 centimètre, donc pas grand-chose, mais ça m’a permis de renvoyer des voiles d’avant et de retrouver un peu les copains sur la fin. Après, il a resauté plusieurs fois et je me suis un peu battue avec mais bon… J’ai pu finir la route avec Marie (Robert). Ça a été une super traversée, tout au portant. On s’est fait super plaisir. Je suis contente d’être arrivée ! »

Please follow and like us: