Céline Salles (514 – L’Air de Rien), 28e Série à Horta

« C’était long mais hyper intéressant et hyper riche. Moi j’ai eu un peu toutes les conditions : du vent, pas de vent… Je me suis retrouvée pas mal toute seule. En fait, je ne recevais pas la BLU. Je n’avais donc ni la météo, ni les classements. Du coup, j’ai un peu avancé sur la route directe avec le vent qu’il y avait. Le fait d’avoir aussi peu de contact a vraiment été étrange mais après j’ai eu la chance de voir pas mal de baleines et de dauphins. Des oiseaux sont aussi venus jouer autour du bateau. C’était cool mais ce qui m’a fait plaisir, c’est hier soir, quand on s’est tous retrouvé du côté de Terceira. Ça a reboosté vraiment le moral pour la dernière ligne droite. Au final, je n’ai pas eu trop de mésaventures. J’ai juste déchiré un grand spi et j’ai eu une montée au mât un peu épique la nuit dernière. Autant dire que je comprends mieux pourquoi ils galèrent en 60 pieds et qu’ils mettent deux heures à monter parce que pour se tenir, c’est la grosse galère ! J’ai des bleus partout et je suis redescendue de là complètement rôtie. Je suis bien contente d’arriver. C’est un chouette coin et les gens sont super accueillants. »

Please follow and like us: