Les vacances d’Eole

Pendant que les deux solitaires concourant en proto profitent déjà de l’escale aux Açores pour refaire la régate et plus généralement, le monde de la course au large, les premiers bateaux de série bataillent dans les petits airs qui règnent sur les Açores. Grand soleil, brises évanescentes, les solitaires ont tous les ingrédients pour péter les plombs.

 

Alberto Bona (Promostudi La Spezia) le disait à son arrivée. « Quand on est à moins de 50 milles de la lige, qu’on longe l’île de Sao Jorge, on pourrait croire que la course est quasiment finie. Moi, il m’a fallu près d’une vingtaine d’heures pour terminer. Là, il faut avoir les nerfs solides… » Et pourtant, le navigateur italien n’avait besoin de se mettre une forte pression : sur le papier comme sur l’eau, le prototype de Ian Lipinski est bien le plus rapide et l’absence d’autres concurrents faisaient qu’Alberto ne se battait que pour finir dignement cette étape.756-bato2

 

Surveiller devant et derrière

En série, c’est une tout autre musique qui est en train de se jouer. Si Tanguy Bouroullec (Kerhis CERFrance) semble avoir fait le trou , il n’est pas à l’abri d’une mauvaise surprise comme se faire encalminer à quelques milles de la ligne d’arrivée et voir ses poursuivants fondre sur lui. Derrière lui, ils sont cinq à prétendre au podium et bien malin celui qui pourra déterminer avec certitude l’ordre d’arrivé de ce quintet.  Jonas Gerkens (Volvo), Henri Leménicier (LPO – Agir pour la Biodiversité), Thomas Dolan (Offshoresailing.fr), Henri Patou (Défenses Assurances) et Ambrogio Beccaria (Alla Grande-Ambeco) jouent aux chaises musicales pour les deux places restantes sur le podium. Les vitesses sont le plus souvent inférieures à deux nœuds et tous doivent tirer des bords pour parvenir à doubler la pointe ouest de Sao Jorge. Dans ces conditions, on ne peut pas écarter un retour d’Aurélien Poisson (Alternative Sailing) voire de Valentin Gauthier (Shaman) qui sur une route plus nord parviennent encore à maintenir des vitesses avoisinant les trois à quatre nœuds. En restant très au large de Sao Jorge, peut-être peuvent-ils créer la surprise : la route la plus courte n’est pas forcément la plus rapide en voile. Pour réussir ce coup là, il faudra un peu de chance, mais surtout beaucoup de lucidité. Est-ce qu’après une semaine de mer, une arrivée compliquée dans les petits airs, la chaleur et les risques de déshydratation, les deux poursuivants auront les ressources pour jouer leur chance jusqu’au bout. S’ils s’y risquent et qu’ils parviennent à leurs fins, nul doute qu’ils auront franchi un grand pas. Au classement bien sûr, mais aussi dans la confiance et l’estime de soi. Etre capable d’assumer ses choix, faire confiance à ses inspirations sont aussi la marque des solitaires les plus matures. Au-delà du résultat, c’est aussi ce qu’ils ont à gagner.

PFB

 

 

 

Point météo du 31 juillet

L’anticyclone est maintenant centré dans le nord-ouest immédiat de Faial par 40°N et 30°W. Au fur et  à mesure que les concurrents approchent de l’arrivée, le vent mollit en conséquence. Les dernières heures vont être très longues

 

Sur Açores Est, le vent devrait être de NE 4 nœuds, tournant demain SE 2 nœuds puis lundi S 3 nœuds. Il ne devrait reprendre un peu de vigueur qu’à partir de mardi.